L’histoire du projet
de la Fondation

Une nécessité pour la France d’aujourd’hui

La création d’une institution nationale portant la mémoire de l’esclavage en France est une revendication forte depuis les années 1990. Elle a été portée au plus haut niveau par des personnalités renommées comme Christiane Taubira, Maryse Condé, Edouard Glissant ou Lionel Zinsou.

À partir des années 1990, alors que les anciennes villes négrières commencent à redécouvrir leur passé, un mouvement populaire se développe pour faire reconnaître la mémoire des esclaves et de leurs descendants.

Porté par les artistes et les intellectuels, soutenu par les collectivités locales, relayé par des initiatives internationales telles que la Route de l’Esclave de l’UNESCO, ce mouvement a mené à la marche du 23 mai 1998 et au vote, le 10 mai 2001, de la proposition de loi de Christiane Taubira par laquelle la France reconnaît la traite et l’esclavage coloniaux comme crime contre l’humanité.

LES DATES CLÉS

• 1992 : exposition et colloque les Anneaux de la Mémoire à Nantes
• 1998 : année du 150ème anniversaire de l’abolition de l’esclavage en France

• 2001 : La loi Taubira
• 2004 : Création du Comité Pour la Mémoire de l’Esclavage
• 2006 : Institution de la commémoration du 10 mai, journée nationale des mémoires de la traite, de l’esclavage et de leurs abolitions
• 2007 : Le Rapport Glissant, Mémoires des esclavages

2016 : discours du 10 mai de François Hollande
2016 : le rapport Zinsou,  Mémoire de l’esclavage, devoir d’avenir
2017 : institution par la loi du 28 février 2017 relative à l’égalité réelle outre-mer de la commémoration du 23 mai, journée nationale en hommage aux victimes de l’esclavage
2017-2018 : la mission de préfiguration présidée par Jean-Marc Ayrault
Tribune de Jean-Marc Ayrault novembre 2017
2018 : la Tribune d’Emmanuel Macron le 27 avril au Panthéon
Vidéo de la cérémonie du 27 avril 2018